douleur de genou au sportUne douleur au genou est très fréquente dans le sport tel que la course à pied, le football ou encore le vélo.

Le sport est source de douleurs traumatiques du genou telles que la rupture des ligaments croisés, les fractures, les entorses ou les lésions méniscales.

Nous avons évoqué dans notre premier article les douleurs au genou apparaissant dans la vie quotidienne et d’origine articulaire, nous évoquerons ici les douleurs au genou d’origine inflammatoire liées aux activités sportives.

En effet les sports d’endurance par leurs contraintes de pression au sol sont à l’origine de nombreuses douleurs inflammatoires telles que le syndrome de l’essuie glace, la tendinite de la patte d’oie ou encore les douleurs de la rotule.

Les douleurs peuvent se situer sur la face interne du genou ou la face externe mais aussi derrière la cuisse, devant le genou sur la rotule ou à type de sensation de dérobement du genou.

Elles peuvent être de causes musculaires (tendinite ou insuffisance musculaire), de causes osseuses (arthrose avec sensation de brûlure, périostite tibial) ou d’origine articulaire ( douleur de la rotule et méniscale).

Vous pouvez avoir mal au genou à la montée des marches d’escaliers, à la course, genou plié ou vous pouvez simplement avoir des douleurs en marchant.

Sachez que ces douleurs sont, sauf en cas de traumatisme direct, adaptatives au pied, à la hanche ou au bassin.

De ce fait, si vous avez mal au genou vous pouvez consulter un kinésithérapeute mais aussi un ostéopathe afin d’évaluer si la cause de votre douleur est liée au bassin, à la hanche ou au pied.

L’ostéopathie est relativement efficace sur les douleurs chroniques du genou, les douleurs musculaires inflammatoires mais aussi les douleurs rotuliennes.

Notre article décrit donc l’ensemble des douleurs de genou qui peuvent apparaitre suite à une session de sport sans traumatisme apparent et les solutions pour vous soulager.

Vous pouvez prendre rendez-vous en ligne sur notre site ou joindre un ostéopathe du sport à Paris de notre réseau 7J/7 au 01.88.32.06.75.

 

Syndrome de l’essuie glace

Le tenseur du fascia-lata muscle responsable du syndrome de l’essuie glace

Le Syndrome de l’essuie glace est très connu dans le monde de la course à pied, il est aussi appelé tendinite du tenseur du fascia-lata.

Le TFL ou tenseur du fascia-lata s’insère de la partie antérieure de la crête iliaque jusqu’à la partie supéro-latérale du tibia.

Il concerne la bandelette ilio-tibiale qui vient frotter contre les condyles fémoraux créant ainsi une inflammation.

Cette inflammation est liée à un remodelage de la bandelette pour répondre au frottement.

Symptômes du syndrome de l’essuie glace

Le symptômes principal du syndrome de l’essuie glace est une douleur est à type d’échauffement sur la partie externe du genou apparaissant après quelques kilomètres à la course à pied ou à vélo.

La douleur sur la partie latérale du genou à la course à pied est dûe à un frottement de la bandelette sur le condyle fémoral externe.

En règle générale elle apparait à 20-30 ° de flexion du genou et nécessite l’arrêt de l’activité en cours.

Ce syndrome apparaît très souvent lors d’une préparation à une course en relation avec une augmentation de la cadence et du nombre de kilomètres.

Pour résumer les symptômes du syndrome de l’essuie glace sont :

  • Une douleur sur la partie latérale du genou apparaissant au bout de quelques kilomètres
  • La douleur nécessite l’arrêt de l’activité au bout d’un nombre de kilomètres souvent identique (entre 1 et 6 )
  • L’absence de douleur au repos
  • Une douleur irradiante sur l’arrière et la partie externe de la cuisse
  • Une douleur augmentée après la course ce qui justifie son caractère inflammatoire.

Vous retrouverez dans cette vidéo toutes les explications et conseils pour soulager un syndrome de l’essuie glace :

La cause d’un syndrome de l’essuie glace :

La cause est généralement un affaissement de l’arche interne du pied appelé pied valgus. Cela signifie que votre pied part vers l’intérieur.

On différencie simplement un pied plat qui est un pied valgus statique, d’un pied valgus dynamique apparaissant à la course ou à la marche.

Cette translation interne du pied induit une position en rotation interne du tibia et une avancée du péroné. La rotation interne peut être favorisée par le muscle carré poplité.

Elle allonge le muscle du tenseur du fascia-lata à l’origine de son frottement contre le fémur.

C’est ce qui est la cause localement d’une tendinite du tenseur du fascia-lata du genou.

Une chaussure usée ainsi qu’un entrainement avec des montées à répétitions peut également être source d’une inflammation de la bandelette ilio-tibiale.

 

Que faire devant un syndrome de l’essuie glace ?

Nous faisons face à un phénomène inflammatoire local, les règles de diminution de l’inflammation s’appliquent ici mais d’autres éléments accélèrent la guérison.

Voici le traitement pour soigner un syndrome de l’essuie glace :

  1. Application locale de  glace
  2. Étirement du TFL  décrit dans notre vidéo ci-dessus.
  3. Anti-inflammatoire par application cutanée
  4. Consulter un ostéopathe du sport pour déverrouiller le pied, la cheville, le genou, la hanche ou le bassin.
  5. Kinésithérapie pour vous aider à drainer l’inflammation localement et continuer les exercices de renforcement
  6. Consulter un podologue pour favoriser le dynamisme de l’arche interne du pied
  7. Renforcement musculaire de l’arche interne du pied
  8. Renforcement du moyen fessier pour limiter le translation interne (adduction) du genou
  9. Élaboration de mesure d’hygiène alimentaire pour éviter la récidive de tendinites et de blessures.

Pendant la phase inflammatoire vous pouvez continuer à courir, en revanche il ne faut faire que du fractionné sur terrain plat, souple et sans montée.

Donc la course est possible en cas de syndrome de l’essuie glace mais il faut arrêter de faire du fond et faire uniquement du fractionné pendant la phase aiguëe.

 

Syndrome de l’essuie glace et ostéopathie

L’ostéopathie fait donc partie intégrante du traitement pour soigner le syndrome de l’essuie glace.

Le travail sur les articulations pouvant créer cette translation interne est très important.

L’ostéopathe accorde donc beaucoup d’importance à la rotation interne du genou mais aussi aux articulations bloquées du pied qui peuvent provoquer l’affaissement de l’arche ainsi qu’au bassin et à la hanche qui peuvent favoriser cette position en rotation interne.

Il est fondamentale de comprendre que l’ostéopathie ne soigne pas à elle seule un syndrome de l’essuie glace.

Il est donc primordial de compléter une séance d’ostéopathie par une prise en charge en kinésithérapie, podologie et diététique.

 

Périostite tibiale

La périostite tibiale est une inflammation de la face interne du tibia. Elle est liée au fait qu’il n’y pas de muscle de soutien sur la partie interne du tibia.

L’inflammation est dûe à un remodelage osseux tibial pour répondre à une contrainte mécanique.

C’est une douleur apparaissant à la course à pied, notamment lors que l’on augmente le nombre de kilomètres ou sa cadence de course.

 

Symptômes de la périostite tibiale

Il est important de rappeler que la périostite tibiale est une pathologie inflammatoire de l’os.

De ce fait les symptômes de la périostite tibiale sont :

  • La douleur est sur la partie interne du tibia et inférieure de la jambe
  • Si vous avez mal au genou au début de l’activité, surtout à la course à pied, aux sauts et aux reprises d’appuis.
  • Une diminution de la douleur au repos
  • Apparition de la douleur en cas d’augmentation importante de la charge d’entrainement
  • Un léger empattement douloureux et palpable sur la face interne du tibia

Voici donc l’ensemble des symptômes typiques de la périostite tibiale; en revanche le diagnostique sera précisé par radiographie, scanner, IRM, ou scintigraphie.

 

Les causes d’une périostite tibiale

Comme pour le syndrome de l’essuie glace, la dynamique du pied est primordiale.

En effet, la périostite tibiale est liée elle aussi à un pied valgus, c’est à dire qui part vers l’intérieur.

Par l’augmentation de la charge sur le tibia, le surpoids est également un facteur aggravant.

Le problème est qu’il n’y a pas de muscle sur la partie interne du tibia. Il n’y a donc pas de muscles qui permettent  de résister aux contraintes vers l’intérieur induies par les appuis au sol répétés lors de la course à pied.

De ce fait, en cas de pied valgus, les contraintes mécaniques de votre poids du corps sont orientées en dedans.

Sans muscle, le tibia a donc pour seule solution de se renforcer afin de résister à cette contrainte. Il s’en suit une inflammation réactionnelle de densification l’os.

 

Le traitement de la périostite tibiale

Comme nous l’avons évoqué la périostite tibiale est d’origine inflammatoire, son traitement sera donc basé sur une diminution de l’inflammation et une décharge mécanique du tibia.

De ce fait, le traitement pour une périostite tibiale est :

  1. Application de glace sur le tibia
  2. Anti-inflammatoire par application cutanée
  3. Consulter un podologue pour entretenir et favoriser le dynamisme de la partie interne du pied
  4. Kinésithérapie pour vous aider à drainer l’inflammation localement et continuer les exercices de renforcement
  5. Consulter un ostéopathe du sport pour déverrouiller le pied, la cheville, le genou, la hanche ou le bassin.
  6. Renforcement musculaire de l’arche interne du pied

Vous avez donc la liste de ce que vous pouvez faire pour soulager une périostite tibiale.

Il est important de préciser que toute ces thérapies sont complémentaires, les combiner permet d’augmenter la rapidité de guérison.

Si vous souhaitez vous informer sur la différence entre kiné et ostéopathe vous retrouverez ces informations sur notre site.

N.B : N’augmenter pas trop brutalement votre entrainement de course afin d’éviter l’apparition de ce type de blessure.

Tendinite du quadriceps

Une tendinite du quadriceps se localise par une douleur sur la partie antérieure de la cuisse.

Elle se répercute majoritairement par des douleurs de la rotule comme nous l’avons vu dans notre article sur les douleurs de genou.

Cette douleur est liée soit à un problème de hanche, du bassin, d’un viscère ou à un problème d’étirement.

Si vous avez toujours mal devant la cuisse, n’hésitez pas à contacter un ostéopathe du sport de notre équipe pour vous aider.

 

Tendinite de la patte d’oie

La patte d’oie est une zone d’insertion musculaire qui se situe juste en dessous du genou sur la face médiale du plateau tibial. Elle donc sur la partie supérieure et médiale du tibia.

Trois muscles s’insèrent sur la patte d’oie :

  • Le muscle semi-tendineux
  • Muscle gracile
  • Le muscle sartorius

Ce sont des muscles ayant pour physiologie principale l’extension du genou et la flexion de la hanche.

Ils peuvent avoir pour physiologie secondaire la rotation du genou ou l’abduction et adduction de la hanche.

Symptômes d’une tendinite de la patte d’oie

Les symptômes de de la tendinite de la patte d’oie sont principalement à caractère inflammatoire :

  • Douleur interne du genou siégeant juste sous l’interligne du genou au niveau du tibia
  • Une douleur présente au début de l’activité sportive
  • S’atténuant au cours de l’activité
  • La douleur diminue au repos
  • Gonflement sur la partie interne du genou
  • Douleur à la palpation de la partie interne du tibia

Les causes d’une tendinite de la patte d’oie

Comme pour toute inflammation, une tendinite de la patte d’oie est liée à une utilisation excentrique des muscles trop importante induisant un remaniement musculaire à l’origine de l’inflammation.

Les facteurs favorisant une tendinite de la patte d’oie sont :

  • Une tendance du genou à partir vers l’intérieur en dynamique à la course ou à la marche (valgus et adduction)
  • Une hyper-laxité ligamentaire induisant une instabilité du genou provoquant une hyperstimulation des muscles de la patte d’oie pour le stabiliser
  • L’arche du pied qui a tendance à s’affaisser favorisant le valgus du genou
  • Des chaussures usées induisant toujours le valgus du genou
  • Certains sport tels que le saut de haie, le cyclisme et le football
  • Un terrain d’entrainement trop dur induisant trop de contraintes au sol
  • Un blocage du pied, du genou, du bassin ou de la hanche favorisant le genou à partir vers l’intérieur ou en rotation externe

Traitement d’une tendinite de la patte d’oie :

Comme pour tout traitement de tendinite, l’objectif est de diminuer l’inflammation et de décharger l’utilisation des muscles.

De ce fait le traitement de la tendinite de la patte d’oie est :

  • Application de glace sur la partie interne du genou
  • Application cutanée d’anti-inflammatoire avec une crème
  • Kinésithérapie pour vous aider à drainer l’inflammation localement
  • Voir un ostéopathe spécialiste du genou pour comprendre l’origine de cette tendinite par une approche globale du corps. Il étudiera le pied, la cheville, le genou, la hanche ou encore le bassin.
  • Le renforcement musculaire de la partie interne du pied peut être à envisager pour endiguer une éventuelle récidive.
  • Il sera toujours intéressant de faire une mise au point nutritionnelle

P.S : aucune prise en charge ostéopathique ne peut se substituer à une prise en charge en kinésithérapie pour cette douleur.

 

Douleurs de la rotule

Les douleurs de la rotule sont une des principales sources de douleurs au genou.

Elles sont liées au frottement de la rotule sur le fémur.

Comme évoqué dans notre article sur les douleurs au genou et douleur de la rotule elles peuvent siéger à plusieurs endroits.

 

Une douleur sous la rotule

C’est une douleur du tendon rotulien s’insérant sur la tubérosité tibiale antérieure.

Les flexions répétées sont la cause d’une tendinite du tendon rotulien par une inflammation de l’insertion basse du tendon sur le tibia.

 

Douleur sur la rotule

C’est une douleur déclenchée lors de squats répétés, à la course à pied ou à vélo.

On décrit une douleur de rotule genou plié apparaissant pendant l’activité et amplifiée après.

 

Douleur au dessus de la rotule

Elle est souvent due aux muscles quadriceps.

Elle induit une douleur au genou en marchant et pendant le sport.

 

Que faire en cas de douleur de la rotule ?

N’hésitez pas à faire des étirements à faire après le sport afin d’éviter toutes douleurs chroniques du genou.

De plus il est préférable d’éviter les sports induisant des flexions répétées mais il est impératif pour autant de tonifier vos quadriceps.

En cas de persistance de la douleur, vous pouvez consulter ostéopathe ou un kinésithérapeute afin de vous soulager.

Douleur de genou au sport liée à une opération sur le membre inférieur

En cas d’opération sur le membre inférieur votre plaque ou votre cicatrice peut être à l’origine de nombreuses gênes.

C’est pour cette raison qu’il est toujours important de compléter la rééducation en kinésithérapie par une prise en charge ostéopathique en post-opératoire.

L’intérêt est de libérer tous les blocages consécutifs au traumatisme opératoire et au choc.

Si vous souhaitez des conseils sur une douleur de cheville, une douleur à la course à pied, des conseils pour bien faire de la musculation ou la bonne façon de faire les abdominaux nous avons de nombreux articles sur le sujet.

Dans tous les cas de figure, votre ostéopathe du sport pourra vous aider par un traitement de normalisation du système musculaire et articulaire.

De plus il pourra vous aiguiller sur les exercices spécifiques à pratiquer.

Notre équipe sera ravie de vous répondre si vous avez des questions au 01.88.32.06.75.

Référence : http://myoactif.com/fr/2015/09/29/la-periostite-tibiale-un-mal-bien-connu-des-coureurs/