Cruralgie

douleur cruralgie

Une cruralgie est un terme définissant une douleur sur le devant la cuisse, à l’aine ou sur la partie interne de la jambe.

Cette douleur à la jambe est déclenchée par une atteinte du nerf fémoral soit au niveau du rachis (à sa racine) soit au cours de son trajet par pincement ou compression.

Ce nerf issu des racines nerveuses lombaires de L2, L3 et L4 a un rôle sensitif et moteur.

Les symptômes peuvent donc être sous forme de troubles sensitifs (hyper ou hypo-sensibilité) ou sous forme de troubles moteurs à type de crampe ou perte de force dans la jambe.

Ces douleurs partent de la hanche et suivent généralement un trajet précis sur la face interne de la cuisse et de la jambe pouvant provoquer des sensations de fourmillements ou de brûlures de la cuisse.

Les atteintes du nerf crural se manifestent principalement en position assise ou debout prolongée mais peuvent aussi être présentes la nuit.

Les douleurs peuvent être permanentes et se diffuser sur l’avant de la cuisse, la face interne du genou, la crête tibiale ou encore dans le gros orteil.

Pour soulager une cruralgie il est indiqué de consulter un ostéopathe, un kinésithérapeute ou un rhumatologue dans un premier temps.

En cas d’échec des thérapies manuelles et du repos la chirurgie peut être à envisager pour atténuer la douleur.

Grâce à notre réseau vous avez la possibilité de trouver 7 jours sur 7 un ostéopathe spécialiste du rachis à Paris.

Causes de cruralgie

Une cruralgie peut être déclenchée par une hernie discale, un blocage lombaire, un canal lombaire étroit ou encore liée à un pincement du nerf au niveau de l’aine.

Hernie discale

L’hernie discale déclenche une cruralgie par compression du nerf à sa sortie de la colonne vertébrale au niveau des lombaires supérieures.

Hernie discale lombaire
source : institut-parisien-du-dos.fr

Nommée compression radiculaire, elle est source de douleur permanente sur la face antéro-interne de la cuisse, de la jambe et du pied.

Les caractéristiques de ce type de compression nerveuse sont qu’elle n’est pas soulagée au repos, reste présente la nuit et aucune position ne la diminue.

L’examen clinique validant la radiculalgie est le test de Léri et la compression canalaire.

L’imagerie de choix est l’IRM pour confirmer le diagnostic.

Blocage lombaire ( L2, L3, L4 )

Une compression du nerf fémoral peut également se faire par compression articulaire.

En effet en cas d’arthrose ou de blocage lombaire le nerf peut être pincé au niveau de sa racine.

Dans ce cas une douleur en bas du dos peut se manifester mais elle n’est pas permanente et peut être soulagée par certaines positions ( notamment allongé sur le côté ).

Le test de Léri et le test de compression canalaire ne sont pas nécessairement positifs et l’IRM peut ne révéler aucune anomalie.

Pour ce type de blocage, il est fortement conseillé de consulter un ostéopathe pour vous soulager.

Conflit sur le trajet du nerf crural

Les conflits fonctionnels sur le trajet du nerf fémoral peuvent être de 2 types :

Cruralgie de cause musculaire

Le conflit du psoas est souvent évoqué car il est en contact direct avec le nerf fémoral au niveau du canal inguinal.

cruralgie à cause du psoas
Source : cours-anatomie.net
Compression par le psoas

En effet une hypertonie ou une rétraction du psoas peut réduire l’espace de passage du nerf à l’origine de sa compression.

Dans ce cas il est source de douleur au niveau de l’avant et de la partie interne de la cuisse.

Le soulagement est apporté lors de la mobilisation de la hanche et l’étirement des jambes.

Méralgie paresthésique

La racine supérieure du nerf fémoral nommée nerf fémoro-cutané peut aussi être comprimée au niveau du creux inguinal mais par le ligament inguinal.

Cela se nomme une méralgie paresthésique avec la présence dans ce cas de douleur sur la partie externe de la cuisse dans certaine position.

Les douleurs sont ici majoritairement assises et allongées sur le côté douloureux.

L’ostéopathie est très fortement indiquée pour soulager une méralgie.

Cruralgie de cause compressive

Dans les causes compressives de cruralgie on retrouve l’hématome du psoas, les kystes ou les tumeurs.

L’hématome du psoas est à évoquer en première intention chez un patient avec une cruralgie et un traitement anticoagulant.

Ce diagnostic est confirmé en cas de douleur à la palpation du psoas, de trouble neuro-sensoriel et d’une douleur de la fosse iliaque.

Les kystes et les tumeurs sont quant à eux plutôt à évoquer en cas de douleur d’apparition progressive, sans facteur déclenchant et surtout la nuit.

Les symptômes nocturnes et résistant aux anti-inflammatoires nécessitent des examens approfondis.

Canal lombaire étroit

Un canal lombaire étroit est une pathologie du rachis qui induit une compression au sein de la moelle épinière.

Cette compression peut être nerveuse ou artérielle, c’est ce qui explique la variété des symptômes.

L’arthrose est un des phénomènes principal qui majore l’apparition de cette pathologie.

Les symptômes d’un canal lombaire étroit sont :

Si vous prenez en charge rapidement cette maladie il est possible d’atténuer les symptômes par l’ostéopathie et par la kinésithérapie.

En revanche, à un stade évolué, seule la laminectomie chirurgicale est efficace.

Traitement d’une cruralgie

Pour soulager une cruralgie l’ostéopathie et la kinésithérapie sont toujours indiquées dans un premier temps.

Secondairement la chirurgie et l’infiltration sont à évoquer.

L’ostéopathie

En cas de cruralgie le traitement en ostéopathie est basé en premier sur la recherche de la cause de la compression.

L’évaluation inclut donc :

  • Test du Lasègue
  • Test de Léri
  • Compression et dépression rachidienne
  • Palpation du psoas
  • Évaluation digestive
  • Analyse de la mobilité des lombaires et du bassin

Si ces tests ne révèlent pas d’anomalie compressive le traitement ostéopathique est indiqué.

L’ostéopathe va donc s’employer à trouver la ou les zones restreintes qui provoquent la compression du nerf crural.

L’évaluation de la mobilité du rachis lombaire et du bassin combiné à celle des viscères est fondamentale.

Le traitement des lombaires en ostéopathie est non douloureux, non invasif et permet de libérer rapidement la compression nerveuse.

L’ostéopathie viscérale combinée à l’ajustement du système musculaire permettent de tenir la correction du rachis dans le temps.

Grâce à notre réseau vous pouvez trouver un ostéopathe spécialiste du rachis à Paris 7 jours sur 7.

La kinésithérapie

Le traitement en kinésithérapie est basé sur un travail de relâchement local des muscles du rachis lombaire notamment sur les para-vertébraux, le psoas et le carré des lombes.

Il peut aussi être associé à un travail de rééducation lombaire par des exercices de renforcement.

Une à deux séances d’ostéopathie associées à une rééducation kiné sont très efficaces pour atténuer une cruralgie.

L’infiltration

L’infiltration est à évoquer pour diminuer les douleurs inflammatoires et rachidiennes des cruralgies.

Elle est uniquement préconisée en cas d’échec des thérapies manuelles.

La chirurgie

La chirurgie est en revanche indiquée si aucun des traitements précédents n’a apporter de soulagement.

Le geste chirurgical est risqué mais peut apporter de bons bénéfices en cas de douleur permanente et invalidante.

Source :